dimanche 31 janvier 2010

Localisation du Salon à Saint-Jean-de-Losne


Vous pouvez agrandir en faisant un clic gauche sur le plan.

jeudi 28 janvier 2010

Denise Guilloux

Denise Guilloux est bourguignonne, elle vit à Dijon depuis 1972.
Elle est photographe amateur, depuis de nombreuses années.
Le passage aux appareils numériques depuis plus de dix ans a été l’occasion, pour elle, de structurer son approche de la photo et de centrer ses prises de vues sur la recherche de lumières, de couleurs, de lignes et de contrastes offerts par la nature ou l’actualité. Elle a travaillé et exposé ces dernières années sur différents thèmes dont : « les Arbres », « Matière », « le Golf », « Reflets », « la Vigne »…
Elle a choisi de nous faire partager un aperçu du bestiaire dijonnais. Un bestiaire fait de pierre, de fer, de bois… des animaux rencontrés au quotidien, vivant à leur manière à la barbe des passants : le lion majestueux, le chat frondeur, les bêtes faramines et leur grain de malice….
Ombres et lumières révèlent et font écho à leur clin d’œil complice. Suivez la chouette, elle vous introduira dans ce monde magique…
Denise Guilloux exposera hors sélection au 4e Salon de la Photo Animalière.

Jean-Luc Lamaère

Photographe professionnel, Jean-Luc Lamaère travaille notamment à Vincennes (depuis 1990) pour Top trot, SECF, Scoop Dyga. Il collabore depuis septembre 2004 avec Christian Richard photographe du Cheval Français, et intervient sur le Prix d’Amérique. Il est également photographe de Routes et Cycles depuis deux ans (Trophées grimpeurs, Route de France féminine, collabore avec Vélo Magazine, L’année du Cyclisme, Vélo Mag, La Gazette du Cyclisme Féminin.
Il réalise des clichés pris sur le vif, lors des courses hippiques. On y voit la beauté du cheval en pleine action de vitesse. Il exposera hors sélection au 4e Salon de la Photo Animalière de Saint-Jean-de-Losne.

Club Diabolic'Photos (Auxonne)

Le club photo « Diabolic’photos », section de l’association Loisir et Culture a ouvert ses portes à Auxonne le 15 septembre 2008. Le club a pour vocation de réunir les amateurs débutants ou confirmés, de favoriser les échanges et de compléter leurs connaissances de la photographie. Argentique (noir et blanc), ou numérique, laboratoire et traitements d’images, toutes les activités de la chaîne ont leur place.
Des sorties photo à thèmes ainsi que des visites d’expositions sont organisées tout au long de l’année.
Le club photo est encadré par trois animateurs expérimentés dont un photographe professionnel ainsi qu’un infographiste mettant au service des adhérents leurs connaissances techniques et théoriques.

Patryck Vaucoulon



Très tôt, séduit par l’image, Patryck Vaucoulon possède son premier appareil photo à l’âge de 6 ans. Il passe ses vacances dans les Alpes et photographie edelweiss et charbons bleus en s’initiant très vite à la macrophotographie. A 13 ans, il achète son tout premier reflex après trois années d’économie. Ses études en sciences naturelles, ses voyages et ses recherches l’emmènent à photographier ou à dessiner la nature avec la même passion gourmande et cependant tranquille. Les régions polaires, les tropiques malgaches, le Kenya ne l’empêchent pas de revenir à sa Bourgogne natale. Les blaireaux remplacent les lions, les lémuriens ou les ours polaires. Les oiseaux et les mammifères l’ont toujours attiré. Mais son penchant pour la botanique ne l’a pas quittée. Il aime capturer les ambiances, les lumières plus que l’événement extraordinaire. Comme pour l’aquarelle, il goûte l’instant, quand il peut se fondre dans un milieu naturel. Là, il veut se faire oublier et voir la vie se dérouler simplement. Ces images sont avant tout des ambiances plutôt que des exclusivités animalières pour magazines. Grands tétras, blaireaux, guêpiers, huppes, ours polaires, manchots ou bœufs musqués, ne sont qu’un lien avec la faune sauvage. Sa quête, c’est avant tout vivre au contact d’une nature vierge, épier ce monde si proche et si lointain des préoccupations citadines, à la recherche d’une émotion enfouie au fond des bois ou des grands espaces.
Patryck Vaucoulon dédicacera ses ouvrages lors du 4e Salon de la Photo Animalière à Saint-Jean-de-Losne.

Monique Morin et Hervé Bocquet


Amoureux de la nature, Monique Morin et Hervé Bocquet ont un profond respect de la vie sous toutes ses formes. Ils apprécient autant les grands espaces, telle la Réserve du Val d’Allier que des lieux plus intimes, comme un sous bois. Chaque nouvel horizon est l’occasion de multiples rencontres et de multiples découvertes.
Tout naturellement leur amour indéfectible pour la nature et les animaux les a amenés à la photographie qu’ils pratiquent depuis 2006.
Leur règle d’or est d’étudier le comportement de l’animal « courtisé » et de connaître son environnement pour apprendre comment l’approcher sans le déranger et pour que la rencontre espérée ait le moindre impact sur la vie de l’animal.
En macrophotographie, ils sont à la recherche constante d’une faune méconnue qui passe inaperçue.
Ils évitent l’utilisation du flash qui cause souvent un dérangement à la faune et lui préfèrent la lumière naturelle qui apporte douceur et poésie à leurs clichés. Ils travaillent les formes et apprécient courbes et diagonales qui donnent du caractère à l’image.

mercredi 20 janvier 2010

Sylvain Troux

Sylvain Troux
Né à Vesoul en 1963, enseignant de métier.
Passage par la photographie argentique avec un Minolta X300 dans les années 80. Puis renouvellement de cette passion avec l’arrivée du numérique et de la saga EOS de Canon. Son équipement actuel : EOS 50D, 70/200 2.8, 300 2.8.
Les oiseaux sont son sujet de photographie privilégié.
Son adhésion à la LPO locale lui permet depuis quelques années de mieux comprendre et d’appréhender le milieu sauvage pour ramener quelques témoignages photographiques en dérangeant le moins possible.

Keat Tunier

Keat Tunier
Adorateur des marmottes, Keat Tunier photographie tous reportages, dirige tout stage de photo en affut flottant dans la Dombes, stage de photo de macro, de paysage et d’animaux dans les Alpes, voyage photo au Cambodge, initiation photo sur Lyon. Photos de mariage.

Clément Wurmser

Clément Wurmser
Jeune photographe autodidacte, Clément Wurmser est né à Nancy en 1981. Passionné d’images depuis toujours, il se voit offrir en 2003 son premier appareil photo pour fêter son diplôme d’ingénieur en informatique. Quelque peu « touche à tout » à ses débuts, il s’oriente petit à petit vers la macro. Ses sujets préférés deviennent les insectes et autres araignées, les fleurs et les gouttes d’eau. Bien qu’amateur, Clément participe à de nombreux festivals animaliers comme le Festival Photo Nature de Namur, lors duquel deux de ses photos ont été primées. On a pu également voir ses clichés dans chasseur d’images, Images & Nature et Déclic Photo.
Son premier livre, intitulé « La Macrophotographie Numérique » est paru aux éditions Delachaux et Niestlé au mois de mai 2009.

Sylvain Voizenet

Sylvain Voizenet
Sa première approche de la photographie a commencé il y a maintenant presque 15 ans, pendant une formation Bafa avec une spécialisation photographie et développement, et montage vidéo.
Il attend quelques années, par manque de moyens, avant d’y revenir il y a 4 ans mais avec le numérique.
Il n’a de cesse depuis que de s’essayer à différents sujets dont la macrophotographie etla proxy-photographie depuis deux ans, avec pour objectif, de réaliser des portraits des insectes tels qu’on les ferait avec des humains.
Il est également un fervent adepte du studio car sans décors, juste avec un fond, tout le défi est dans les émotions à faire passer.

lundi 11 janvier 2010

Christian Richard

Christian Richard:
Né en 1950 dans la Creuse, il a pratiqué la photo dès l’âge passé des culottes courtes. La désertification de sa région de naissance l’obligea très tôt à émigrer en région parisienne ce qui créa chez lui un manque qu’il a essayé plus ou moins de compenser par la photographie de nature et d’environnement.
Edité d’abord en cartes postales d’illustration générale, il s’est un temps spécialisé dans les images de Sterbes Pierregarain en vol, ce qui, après quelques années d’effort, lui permit de devenir lauréat 1987 de la Fondation Photo Service.
Il a ensuite créé le département photo de la Société du Cheval Français, dont la mission est d’organiser les courses au trot en France, entre autres le Prix d’Amérique.
Dans ce cadre, il a obtenu quelques récompenses :
- Best Racing Action Photograph (World Trotting Conference Helsinki 2001)
- Best Racing Action Phototgraph et Best Still Photograph (World trotting Conference Rome 2005)
- Best Racing Action Photograph (World trotting Conference Oslo 2009)

Actuellement, il se recentre sur les photos d’oiseaux dont la plupart sont disponibles auprès de l’agence Naturimages.

Sébastien De Danieli


Sébastien De Danieli
Photographe naturaliste passionné de montagne, Sébastien De Danieli vit au coeur des Alpes. De son attirance marquée pour la faune qui peuple ces milieux, il en saisit des images, conscient d’être un spectateur privilégié de ces scènes de la vie sauvage. Par ses photos, que ce soit de chez lui en altitude ou dans les contrées des hautes latitudes, il souhaite contribuer ainsi, à l'amélioration des connaissances sur les milieux et leurs espèces.

jeudi 7 janvier 2010

Franck et Julien Picot



Franck et Julien Picot
Franck : Photographe animalier, de 53 ans. Autodidacte, il a commencé la photographie à l’âge de 21 ans ; au début son sujet principal était la nature en général : forêt ; montagne, lacs et rivières…
S’étant beaucoup documenté, la photo animalière lui est apparue quelques années plus tard. Il a alterné entre les sports de haute montagne, tels que l’escalade, le ski, le vtt, les cascades de glace, l’alpinisme en général, et ce, pendant près de 15 ans. La photographie sportive a suivi lors des années de compétition en vélo de ses deux fils : Ludovic et Julien.
Cela fait maintenant 3 ans qu’ils cumulent leurs sorties et leurs observations ensemble. Très éclectique dans le choix de ses photos, toutes les espèces le fascinent, les cervidés, en passant par les oiseaux des forêts, des étangs et de rivières, les chamois des chaumes…

Julien : Dès son plus jeune âge, ses parents l’ont initié et sensibilisé au respect de la nature et de ses habitants. Il a rapidement été immergé dans le milieu sauvage où se mêlent beauté et fascination. Son premier brâme il l’a vécu à l’âge de 5 ans ; il croit d’ailleurs que sa rencontre avec les grands cervidés cette nuit là a été cruciale dans ses choix photographiques quelques années plus tard.
Il passe des heures à l’affût plusieurs fois par semaine.
C’est au cerf (au sens large de l’espèce) qu’il consacre la quasi-totalité de ses sorties.
Beaucoup plus exclusif dans ses choix photographiques que son père, il ne sait pas expliquer pourquoi cet animal le fascine tant : mélange de force et de beauté, de mythe et de légende, c’est ce qui lui donne le plus d’émotion lorsque leurs regards se croisent.

En résumé, leur approche est davantage naturaliste que photographique : elle s’appuie sur le respect des espèces et de leur environnement.
Aucun cliché ne justifie, à leur avis, un dérangement de l’animal quel qu’il soit ! Témoins privilégiés d’une symbiose entre l’animal et son milieu, leur démarche les amène à vouloir sensibiliser le grand public à la fragilité de ces instants furtifs et fragiles qui les menace.

Serge Montagnon



Montagnon Serge, comtois d’origine, il est né à Pontarlier à la fin des années 50. Après une quinzaine d’années à Pontarlier il habite aujourd’hui dans la région Champagnolaise, le petit village de Le Vaudioux. Cela lui permet d’être à proximité de ses sujets de prédilection et d’ainsi pouvoir s’échapper chaque fois que cela est possible.
La photographie est arrivée dans sa vie vers l’âge de 10 ans. Vers 15 ans, il a eu son premier appareil photo, un ZENIT « E », 24X36 avec un objectif interchangeable 42 mm à vis HELIOS 44-2 f2/58 mm qui l’a suivi de nombreuses années.
Equipé très tôt en argentique avec du matériel Olympus (OM2 et OM4), en février 2006 il passe au réflex numérique avec un Nikon D200, remplacé depuis par un D300 et un D3.
Préoccupé essentiellement par la préservation et la sauvegarde de la faune et de la flore qui nous entoure, c’est cette préoccupation qui guide ses images. Images qui, il ose l’espérer, inciterons les visiteurs à préserver cette beauté fugitive et précaire qui nous entoure.

Aleksander Lens



Lens Aleksander est photographe amateur autodidacte installé dans le Jura. Passionné par la nature depuis l’enfance, il découvre la photographie dans les années 2000 et se spécialise au fil du temps vers le paysage, la faune, la flore pour ne se consacrer depuis 2007 qu’à la faune jurassienne. Mammifères, rapaces et libellules ont sa préférence. Il expose régulièrement ses clichés depuis deux ans lui permettant ainsi de rencontrer le public et d’autres photographes ; l’occasion rêvée pour progresser à leur contact.
Il aime à croire que les gens sont touchés et/ou apprennent en voyant ses photos, participant ainsi à sa manière à une certaine prise de conscience et ainsi à un meilleur Respect de la Nature qui nous héberge.