dimanche 16 janvier 2011

Bourgogne Photo Nature

Bourgogne Photo Nature est une association composée de 15 photographes bourguignons de Nature et Faune, avec des adhérents de talent comme Joël Héras, Daniel Magnin, Frédéric Tillier, Eric Mary ou Philipe Grangeot, etc.
Les sujets de prédilection de ces photographes sont très diversifiés et présentent fleurs, insectes, reptiles, oiseaux, mammifères, …
L'association est dirigée par un bureau formé de Gilles Roy (Chevigny Saint Sauveur), Raphaël Jourdan (Plombière les Dijon), Thierry Mazue (Gergueil), Philippe Grangeot (Dijon) et Bruno Pasquier (Fragnes).
L'association présentera lors du 5e Salon de la Photographie Animalière du Val de Saône une partie de l'exposition montrée à la Maison de la Forêt à Leuglay en septembre 2010. Les photos sont imprimées sur Dibon blanc (alu) au format 30x45.

Voir le site de l'association :
http://bourgognephotonature.wordpress.com/
Photo Daniel Magnin©

Club Photos : Diabolic’Photos / Auxonne

Le club photo « Diabolic’photos », section de l’association Loisir et Culture a ouvert ses portes à Auxonne le 15 septembre 2008. Le club a pour vocation de réunir les amateurs débutants ou confirmés, de favoriser les échanges et de compléter leurs connaissances de la photographie. Argentique (noir et blanc), ou numérique, laboratoire et traitements d’images, toutes les activités de la chaîne ont leurs places. Des sorties photo à thèmes ainsi que des visites d’expositions sont organisées tout au long de l’année.
Le club photo est encadré par trois animateurs expérimentés dont un photographe professionnel ainsi qu’un infographiste mettant à votre service leurs connaissances techniques et théoriques. Une des photos exposées par le Club a été primée lors du 4e Salon de la Photographie Animalière du Val de Saône (en 2010).

samedi 15 janvier 2011

Clément Wurmser

Jeune photographe autodidacte et ingénieur en informatique, Clément Wurmser est né à Nancy en 1981. Passionné d’images depuis toujours, il acquiert son premier appareil photo, en 2003. Quelque peu "touche à tout" à ses débuts, il s’oriente petit à petit vers la macrophotographie avec comme préférence, les insectes et autres araignées, les fleurs et les fleurs et les gouttes d’eau.
Ses photos sont primées et exposées aux festivals photo nature de Namur et de Montie-en-der ; ses clichés et articles paraissent dans plusieurs magazines ( «Chasseur d’images » , «Image et nature» , «Déclic photo», etc.)
On a récemment pu voir quelques unes de ses photos sur les champs Elysées, dans le cadre de l’exposition « Petiote nature ».
Son premier livre intitulé «La macrophotographie numérique», a paru aux éditions Delachaux et Niestle en mai 2009.
Sites : http://www.macrophotographie.eu/ et
http://www.actuphoto.com/photographes/profil/clement-wurmser-16403.html

Keat Tunier

Adorateur des marmottes, Keat Tunier photographie tous reportages, dirige des stages de photo en affût dans la Dombes, stages de photo macro, de paysage et d’animaux dans les Alpes, organise des voyages photo au Cambodge, fait de l'initiation photo sur Lyon. Photos de mariage, portraits et photographies de naissance. Studio nomade.
Site de Keat Tunier : http://www.keat-tunier.com/

Sylvain Troux

Sylvain Troux est né à Vesoul en 1963. Il passe par la photo argentique avec un Minolta x300 dans les années 80. Puis renouvellement de cette passion avec l'arrivée du numérique et de la saga EOS de canon. Son équipement actuel : EOS 7D macro 2.8, 300 2.8
Les oiseaux sont son sujet de photographie privilégié.
Son adhésion à la LOP locale lui permet depuis quelques années de mieux comprendre et d’appréhender le milieu sauvage pour ramener quelques témoignages photographiques en dérangeant le moins possible.

Julien Sère

Julien Sère est né en avril 1984 à Chaumont. Il est passionné par la nature et surtout sa faune sauvage depuis son plus jeune âge. Il a toujours aimé se balader en forêt avec une simple paire de jumelle afin d’y observer la faune. Ce n’est qu’en 2008 qu'il décide de s’équiper sérieusement pour la prise de vue.
Depuis ce temps, il passe encore plus de temps auprès de la faune de Cote d’Or qui lui offre, jour après jour, des souvenirs inoubliables avec pour règle d’or de minimiser au maximum le dérangement.
Cette année il a décidé de partir en voyage à la découverte d’une nouvelle espèce : le bœuf musqué, et à travers les expositions, il souhaite faire partager les moments magiques qu'un magnifique voyage en Norvège lui a offerts.
Site de Julien Sère : http://www.sere.ch/

vendredi 14 janvier 2011

Christian Richard

Né en 1950 dans la Creuse, Christian Richard a pratiqué la photo après l’âge des culottes courtes. La désertification de sa région de naissance l’obligea très tôt à émigrer en région parisienne ce qui créa chez lui un manque qu’il a essayé plus ou moins de compenser par la photographie de nature et d’environnement. Edité d’abord en cartes postales d’illustration générale, il s’est un temps spécialisé dans les images de Sterbes Pierregarain en vol, ce qui, après quelques années d’effort, lui permis de devenir lauréat 1987 de la Fondation Photo Service. Il a ensuite crée le département photo de la Société du Cheval Français, dont la mission est d’organiser les courses au trot en France, entre autres le Prix d’Amérique.
Dans ce cadre, il a obtenu quelques récompenses :
- Best Racing Action Photograph (World Trotting Conference Helsinki 2001)
- Best Racing Action Phototgraph et Best Still Photograph (World trotting Conference Rome 2005)
- Best Racing Action Photograph (World trotting Conference Oslo 2009)
Actuellement, il se recentre sur les photos d’oiseaux dont la plupart sont disponibles auprès de l’agence Naturimages.
Christian Richard a été primé au 4e Salon de la Photographie Animalière du Val de Saône (en 2010).

Martine Propice

Née il y a 50 ans, Martine Propice a grandi en Loire-Atlantique, entre les paysages maritimes de la Côte d’Amour et ceux de la Grande Brière. Aujourd’hui, elle habite dans le sud de l’Essonne pour des raisons professionnelles. Depuis toujours elle est une grande amoureuse de la nature avec cependant, jusqu’à il y a peu, une phobie pour les insectes et les arachnides... à tel point, qu’enfant, il lui était impossible de s’asseoir dans l’herbe sans hurler de peur !
Elle est restée longtemps une contemplative de Dame Nature sans avoir l’idée de capturer photographiquement les beautés qu’elle offre. Le déclic s’est produit en 2004 lorsqu’elle a reçu par mail une photo prise par un ami… un paysage avec un ciel crépusculaire magnifique. Ses premières photos, faites avec un compact numérique, lui ont servi pour des supports de petites intentions envoyés par mail à sa famille et ses amis. C’est rapidement devenu une passion. Son attirance pour l’infiniment petit l’a obligée à mieux connaître les insectes qu’elle détestait tant... Cette familiarisation par la photographie a joué un rôle thérapeutique. «Timide, solitaire, un brin sauvage (moins peur d’un sanglier que d’un randonneur !), très réfractaire à la technique, je me suis laissé guider par mon instinct, loin des notices et règles photographiques. C’est mon œil et surtout mon cœur qui me fait déclencher. J’aime jouer avec les faibles profondeurs de champ pour chercher, sans toujours y parvenir, le côté onirique de l’univers de mes sujets. J’aime entrer dans leur intimité tout en les respectant. Il n’est pas rare qu’une lumière ou un fond m’attire plus que le sujet lui-même », dit-elle. Fin 2007, elle s’est inscrite dans un club photo. Ses premières participations à des concours ont été, à sa grande surprise, encouragées par des prix.EQUIPEMENT :Mon 1er appareil : Sony DSC-S75Depuis 2006 : Canon EOS 350DDepuis 2009 : Canon EOS 50DObjectifs : Canon 18-55 mm / 55-200 mm / 60 mm macro / 100-400 mmTrépied et Monopode : Manfrotto.
Martine Propice a été primée au 4e Salon de la Photographie Animalière du Val de Saône (en 2010).
Site de Martine Propice : http://www.martinepropice.com/

Monique Morin et Hervé Bocquet

Monique Morin et Hervé Bocquet , naturalistes, sont des amoureux de la nature, des grands espaces et des animaux en particulier.En photographie comme dans la vie, leur priorité est le respect des lieux et du sujet.Monique qui se passionne pour le petit monde de l'herbe, oriente son travail vers la macrophotographie. Tout en les approchant avec délicatesse, elle évite tout dérangement qui pourrait être préjudiciable à ses petits compagnons du moment. Cette petite faune méconnue, souvent mal aimée, passant la plupart du temps inaperçue et pourtant indispensable à notre existence, les attire naturellement. Pour les rejoindre, ils n'hésitent pas à fréquenter des zones humides, délaissées, souvent envahies par les tiques, chardons ...
La découverte de la diversité, de la richesse, de la beauté et de l'importance vitale de ces écosystèmes les a impressionnés. Ils ont alors observé et étudié ces milieux fragiles : tourbières, marais, mares etc. dont la disparition s'accélère à grande vitesse, et avec eux une faune et une flore précieuses.Persuadés que la plus infime parcelle de vie peut-être un sujet d'émerveillement, par l'expression photographique, ils nourrissent le timide espoir de participer à leur réhabilitation.
Site d'Hervé Bocquet et Monique Morin : www.moniquemorin.com

Serge Montagnon

Passionné de nature et passionné par nature, Serge Montagnon est Comtois d'origine. Né dans le massif du Jura, il y habite de nouveau aujourd'hui.
Malgré de nombreuses années à l’étranger, il est cependant toujours resté très attaché à sa montagne.Sa passion pour les animaux est née, lors d’une rencontre avec goupil, pendant une promenade solitaire alors qu’enfant il était en vacances chez ses grands-parents.La photographie est ensuite arrivée dans sa vie, vers l'âge de 10 ans, et il a été très rapidement attiré par la photo de nature, fleurs et insectes.
Une bonne prise de vue est celle qui respecte l’animal et ne provoque pas de dérangement, aussi utilise-t-il majoritairement la technique de l’affût mais aussi parfois la billebaude notamment pour le suivi hivernal du lynx.
La photographie se doit d’être un des vecteurs de diffusion et de promotion de la beauté de la nature qui nous entoure et qu’elle doit inciter le public à la préservation des espèces et des milieux.Pensant que l’on ne peut protéger que ce que l’on connaît bien, Serge Montagnon s'investit le plus possible dans les espèces locales et trop souvent mal-aimées qui vivent à côté de lui comme le renard, le blaireau ou le chamois.
Il participe activement au suivi radio goniométrique du lynx et du chat forestier sur le massif jurassien et il est correspondant et administrateur au Centre Athénas, centre de sauvegarde pour la faune sauvage en Franche-Comté et Bourgogne Est.

Rémi Masson

Rémi Masson est né à Annecy; il commence la plongée dans le lac de cette ville dès son enfance (à la recherche d'écrevisses que je mettais dans un seau pour les observer avant de les relâcher). A l'âge de 15 ans, il fait l'acquisition d'une combinaison de plongée néoprène 5 mm afin de pouvoir plonger même en hiver. Dès lors il se donne comme objectif de plonger dans tous les endroits de la région suffisamment profonds pour être plongeables afin de découvrir la faune qu'ils abritent.
Rémi Masson plonge ainsi régulièrement au lac d'Annecy, du Bourget, d'Aiguebelette, de Syllans... mais aussi un certain nombre de gravières dans l'Ain, le Rhône, l'Isère, la Savoie, la Haute Savoie, de rivières (Savoie, Haute Savoie, Ain, Corse...) et de lacs de montagne en Savoie, Haute Savoie, Espagne (jusqu'à 2600 m d'altitude).
Il plonge exclusivement en apnée, ce qui lui laisse une grande liberté de mouvement mais limite ses possibilités d'exploration et le temps dont il dispose au fond de l'eau.
Cependant, ce n'est pas un inconvénient majeur pour faire de la photo car en lac un grand nombre d'organismes se situent à moins de 15 m de profondeur.
Rémi Masson a commencé la photo sous l'eau vers l'âge de 14 ans avec des appareils jetables étanches. Il a ensuite investi dans un appareil argentique conçu pour la photo aquatique (le MX 10 de Sea and Sea) avec lequel il a pris plus d'un millier de photos.
Il passe au numérique en 2004, ce qui lui permet de multiplier les prises de vues (plus de 10 000 photos aquatiques prises depuis).
Il affectionne particulièrement les ambiances aquatiques du petit matin parmi la végétation aquatique (nénuphars, myriophylles ou roseaux) et les portraits de poissons ou d'écrevisse (choix en partie imposé par la turbidité de l'eau qui restreint la visibilité à quelques mètres... les meilleurs jours). Toutes ses photos sont prises en lumière naturelle.
Depuis 2004, il collabore avec de nombreux magazines photos de nature et de plongée.
Il remporte quelques prix dans des concours photos : en 2010, il a été finaliste du Widlife Photographer of the Year, organisé par la BBC.
Il collabore également avec deux agences photos spécialisées dans la photo de nature : Naturimages et ePhotoNature.
Site de Rémi Masson : http://www.remimasson.com/

Eric Mary

Photographe amateur bourguignon, né a Dijon en 1962, passionné par la photographie dés son plus jeune âge, Eric Mary partage maintenant cette passion avec son travail et sa vie de famille à la laquelle il rend un sincère hommage. Elle l’accompagne et le soutient dans cette recherche d’images et de découverte de la nature.
La photographie conduit Eric Mary dans un univers où le temps n’existe plus, dans des moments de calme et d’admiration.
Il admire le graphisme, les couleurs, les formes des êtres qui forment la nature. Et il essaie de restituer avec technique de la macrophotographie, l’univers de ce peuple de l’herbe ; monde à part entière, si proche de nous et que l’on ignore souvent.
Les images d'Eric Mary sont des bouts de lui-même, des réalités empruntées à la nature. Elles racontent au mieux ce qu'il ressent et tend à vouloir dire, montrer et partager avec autrui ce qui nous entoure. La photo est une façon de matérialiser et d’illustrer ses émotions.
Site d'Eric Mary : http://ericphoto.canalblog.com/

jeudi 13 janvier 2011

Sébastien Krickx

1978 : Sébastien Krickx voit le jour à Schaerbeek, petite commune de Bruxelles en Belgique. Depuis toujours, il a été attiré par la nature. Il a commencé par s'intéresser à l'ornithologie vers l'âge de 8 ans, mais très vite son envie de tout comprendre et de tout découvrir l'a poussé à s'intéresser aux mammifères et aux insectes. Il ne compte plus les jours entiers passés à gambader dans les bois, les prés, les dunes et à la mer ou encore dans les friches pour s'imprégner des couleurs et des sons de la nature, ni les heures interminables de train et de marche à pied pour aller à la découverte de coins reculés de notre petit pays riche en faune et en flore.
1996 : il aime passer toujours plus de temps dans cette nature, la découvrir, la comprendre, et la vivre. C’est aussi le début de l'aventure photographique, il a 18 ans et fait ses débuts avec un vieux bridge argentique. C’est le temps des premières armes avec son lot de joies et de désillusions mais très vite il s'achète son premier reflex argentique, le virus est là!!
2005 : la conservation et la protection de l'environnement sont maintenant son métier. Côté photo, il est passé au numérique en troquant son vieux reflex contre un Canon 350D tout neuf. Que de changement et de confort d'utilisation par rapport aux travaux des Dias.
Depuis tout ce temps la photographie animalière a bien changé, elle aussi, pour devenir ce qu'elle est maintenant où l'image simple d'une espèce donnée ne suffit plus pour se démarquer des autres photographes. Il faut savoir innover, travailler avec la lumière, oser des cadrages insolites,...
2009 : quelques objectifs et boîtiers plus tard..... Ce fut une année riche au cours de laquelle Sébastien Krickx s'est concentré sur des animaux de montagnes avec trois voyages dans le parc national de la Vanoise (Savoie) .
2010 : une année riche pour lui avec un Premier prix dans un concours photo, 3 de ses photos sont retenues en final du prestigieux concours de la BBC, plusieurs images finaliste dans des concours internationaux et une invitation comme " invité d'honneur" pour 2011...
Site de Sébastien Krickx : http://www.sebastienkrickx.com/

Fabien Gréban

Franc-comtois d'adoption, Fabien Gréban a la chance de vivre dans ce magnifique massif du Jura. Il a choisi de consacrer son travail photographique à la sensibilisation des beautés sauvages qui nous entourent.
Peu de monde connaît les moeurs des animaux de nos campagnes et forêts, ils sont pourtant fascinants à observer. Renard, hermine, chat forestier représentent l'esprit sauvage de cette nature, ce sont des sujets que Fabien Gréban aime particulièrement photographier.
Pour approcher au mieux ces sujets, il privilégie la technique de l'affût qui permet d'observer le comportement naturel des animaux. On rentre alors dans leur intimité, et au fil des saisons, on apprend à les connaître, c'est alors que l'on réalise les meilleures images.
Fabien Gréban a été un des photographes primés du 4e Salon de la Photographie Animalière du Val de Saône.
Site de Fabien Gréban : http://www.faune-jura.com/

Gilles Galand

Attiré par la vie sauvage, coureur des bois depuis son plus jeune âge et pratiquant la photographie, Gilles Galand a tout naturellement utilisé cet outil merveilleux pour immortaliser ses rencontres avec l’animal libre et sauvage.
Par le biais de ses images, il espère faire partager ces moments d’émotion intense qui le ramène si loin en arrière.
Témoigner de la beauté et de la richesse de Dame nature mais aussi sa fragilité, participer au tant soit peu a la sensibilisation du public aux côté de ses frères d’armes, photographes de renom et d’autres plus modestes mais tous aussi passionnés.
Site de Gilles Galand : http://www.photosauvages.com/home.asp

Sébastien De Danieli

Photographe naturaliste passionné de montagne, Sébastien De Danieli vit au coeur des Alpes. De son attirance marquée pour la faune qui peuple ces milieux, il en saisit des images, conscient d’être un spectateur privilégié de ces scènes de la vie sauvage. Par ses photos, que ce soit de chez lui en altitude ou dans les contrées des hautes latitudes, il souhaite contribuer ainsi, à l'amélioration des connaissances sur les milieux et leurs espèces.
Sébastien De Danieli a été un des photographes primés du 4e Salon de la Photographie Animalière du Val de Saône.
Site de Sébastien De Danieli : http://www.sebastiendedanieli.com/

Stéphane Corcelle

Originaire du pays de Gex, Stéphane Corcelle est né à Thoiry dans l’Ain en 1955. L’amour et la passion pour la nature ont fait de lui un chasseur d’image. Photographe naturaliste autodidacte, et infirmier en gériatrie, ce sont là ses principales activités.
Il parcourt le bassin de Léman, pas de frontière, simplement une région fascinante avec des lieux de prédilection. Difficile de trouver au bord du lac des espaces préservés. Aussi c’est vers la montagne ou la plaine qu'il trouve des instants pour se ressourcer.
La photo dans tout cela ? Après une initiation sommaire de la part de son père, Stéphane Corcelle a établi ses règles qui n’en sont pas vraiment. La connaissance du milieu est importante, puis il s’agit d’attendre des jours, voir des mois, l’instant propice à la prise de vue. Fasciné par la nature dans tous ses états, il prépare le décor, ile recherche une harmonie entre l’animal et son milieu. Jouer avec la lumière, le contraste, la couleur…un affut sommaire, de la patience et il attend que l’acteur rentre en scène.
Site de Stéphane Corcelle : http://www.stephane-corcelle.com/

Didier Chopitel

La quête photographique de Didier Chopitel, c'est celle du contact privilégié et des moments rares qui ne s'offrent qu'aux plus patients. C'est aussi celle de l'image riche et intense, qui vaut tant par son message naturaliste que par sa force artistique. C’est ainsi que chacun de ses clichés, au delà de l'émerveillement qu'ils lui procurent, semble lui chuchoter à l'oreille un poème sur la nature et ces beautés.
Né en 1966, Didier Chopitel a abordé la photo que tardivement, à l'âge de 24 ans, quand sa passion de l'entomologie s'est conjuguée à l'envie de fixer sur papier glacé la beauté des insectes. On lui a offert un Minolta EX-1 avec un objectif 50mm macro f/2.8 et il a fait ses premières armes sur les insectes du jardin, ainsi que sur les insectes disponibles dans les parcs urbains. Petit à petit, cette activité lui a donné le goût des belles ambiances lumineuses et des détails.
Site de Didier Chopitel : http://www.photographe-chopitel-21.com/

mardi 11 janvier 2011

André Brocard

André Brocard
La nature et, plus particulièrement, les oiseaux passionnent André Brocard depuis toujours. Dés 13 ans, en Bretagne, il aide au baguage des oiseaux pour le muséum.
Même si d'autres activités, comme la voile et la paléontologie en plus de mon métier d'enseignant, l'ont occupé à plein temps pendant de nombreuses années, il a continué à s'intéresser à la nature.
En 2005 il achète son premier reflex numérique et réalise ses premières photos animalières. Depuis, lors de longues heures d'affuts, André Brocard observe plus particulièrement les oiseaux, toujours à la recherche d'une belle attitude.
A travers ses photos, il veut simplement montrer la diversité de cette nature qui nous entoure et dire la nécessité de la préserver.

Gilles Bourrioux

Gilles Bourrioux
Gilles Bourrioux est originaire de Sologne ; sa première approche de la nature s’est faite comme porte carnier de son père.Puis plus tard muni d’un fusil.
Mais le plaisir de cette quête se trouvait toujours terni par la finalité de l’acte de chasse. Gilles Bourrioux a donc fini par remplacer le fusil pour le téléobjectif. Et depuis bientôt 30 ans, il ne regrette pas ce choix.
La rencontre avec le cerf est depuis toujours son fil rouge et sa principale motivation. Malgré les années, la rencontre avec le roi de nos forêts est toujours un instant rare et magnifique. Equipé d’un matériel simple, Gilles Bourrioux n’a d’autres ambitions que de faire partager ces instants. Au fil des affuts, les rencontres se multiplient, enrichissant sa photothèque de différentes espèces.
Site de Gilles Bourrioux : http://photo-animaliere.eu/

Bernard Bischoff

Bernard Bischoff
Né en 1954, originaire de Niederbronn les Bains, Bernard Bischoff réside à Reichshoffen depuis 1980, au pied des Vosges gréseuses du nord de l’Alsace, au piémont (encore) riche en biodiversité.
Autodidacte, il démarre son approche photographique de la nature dès 12 ans, après déjà plusieurs années de découverte et d’observation du petit monde de nos forêts et de nos vergers.
Depuis 1999, Bernard Bischoff crée des œuvres originales dans un format panoramique, vertical ou horizontal, par assemblage d’images. Ce sont des tableaux plus représentatifs des paysages et des scènes observées, car ils permettent au regard de retrouver un champ de vision large, plus vivant qu’une petite fenêtre réduite au format 24x36.
Henri Ulrich, un des grands précurseurs de la photographie animalière, et Robert Hainard, patient observateur, le guident dans sa quête de l’inaccessible photographie idéale.
Premier photographe naturaliste à représenter la faune sauvage en panoramique !
Voir son site Internet « Nature Libre » dédié à la photo panoramique d’animaux en milieu naturel et de paysages : http://www.bernardbischoff.fr/
Indépendant depuis octobre 2007, il édite ses propres photographies, sous forme de livres, cartes, tableaux, calendriers…
Bibliographie :
- « Nature à cœur », paru en 2005 aux Petites Vagues Editions. Premier recueil des ses photographies panoramiques.
- Auto-éditeur en septembre 2008 de « Quêtes de lumières ». Ce livre de 160 pages présente une balade récréative sur son terrain de chasse favori, les Vosges du Nord, et pointe les problèmes encourus par la biodiversité dans des espaces apparemment préservés, mais déjà gangrenés par tous les problèmes écologiques de notre époque.

Lens Aleksander

Lens Aleksander
Lens Aleksander est photographe amateur autodidacte, installé dans le Jura.
Passionné par la nature depuis l’enfance, il découvre la photographie dans les années 2000 et se spécialise au fil du temps vers le paysage, la faune, la flore pour ne se consacrer depuis 2007 qu’à la faune jurassienne.
Mammifères, rapaces et libellules ont sa préférence. Il expose régulièrement ses clichés depuis deux ans lui permettant ainsi de rencontrer le public et d’autres photographes ; l’occasion rêvée pour progresser à leur contact.Il aime à croire que les gens sont touchés et/ou apprennent en voyant ses photos, participant ainsi à sa manière à une certaine prise de conscience et ainsi à un meilleur Respect de la Nature qui nous héberge.
Lens Aleksander a été primé au 4e Salon de la Photographie Animalière du Val de Saône (2010).
Site de Lens Aleksander : http://www.lensaleksander.com/

Michel Loup, l'Invité d'honneur du 5e Salon de la Photographie animalière du Val de Saône

Professionnel depuis plus de vingt ans, Michel Loup a principalement photographié les paysages et la nature de son Jura natal. Ses reportages à l’étranger (Madagascar, Brésil) ne l’empêchent pas de rester fidèle à cette envoûtante montagne. Il a publié plusieurs ouvrages, dans lesquels s’expriment les liens profonds qui l’unissent à la nature jurassienne, en particulier à quelques lacs encore mystérieux.
L’eau et la lumière constituent les deux pièces maîtresses de son univers pictural. C’est avec obstination que, depuis des années, le photographe guette leur rencontre et leurs jeux subtils dans les lieux sauvages du Jura, où, qu’elle soit brume, neige, glace, lac ou torrent, l'eau est omniprésente.
L’attirance de Michel pour l’environnement aquatique s’est transformée en fascination lorsqu’il a basculé dans le monde étrange des nymphéas.
Obsédé par cette alchimie de la lumière et du ciel se reflétant sur les feuilles des nénuphars, il a passé beaucoup de temps sur les rives à les photographier. Puis les tiges des nymphéas qui s'enfonçaient dans ce vert mystérieux m'ont invité à les suivre, de l’autre côté du miroir. C'est ainsi que lui sont apparus des paysages insoupçonnés, fantastiques …
Depuis lors, à chaque saison, il n’a de cesse d’explorer l’intimité des beines lacustres à la recherche d’une certaine forme de pureté, de son image du Paysage Originel.
Lorsque il pénètre sous la surface d'un lac, il a toujours cette sensation de quitter un monde pour en retrouver un autre plus ancien, plus pur, plus caressant, presque familier. Il se promène doucement, tout en fluidité, en évitant soigneusement de remuer la vase ...
Assurément, le lac à fleur de peau…
C’est au cours de cette quête à fleur d’eau qu’il surprend grenouilles et crapauds pendant leur rituel amoureux … Passer de nombreuses heures immergé en leur compagnie restera pour lui une expérience surprenante, inoubliable …
Ce magma de chair, de semence et d’oeufs, conséquence informe et opalescente de la lutte pour l'espèce, demeure une preuve fascinante de la puissance de la chair et de l’instinct de reproduction. Ils perpétuent et sculptent les générations depuis la nuit des temps, ils sont les garants du fluide vital qui nous anime encore, malgré les obstacles ...
En effet, ces espèces emblématiques des milieux humides européens symbolisent également pour le photographe la fragilité croissante des biotopes naturels face aux comportements de plus en plus irrationnels de l’espèce humaine dans sa globalité.
Ses photographies, exposées lors de nombreux festivals, ont été primées au prestigieux concours international « Wildlife Photographer of the Year » en 2005, 2006 et 2009, année où il obtient le premier prix dans la catégorie « Le monde sous-marin » avec la singulière image intitulée Réflexion sur les brochets.
Son travail a été publié dans de nombreux livres et magazines de nature.
Expositions récentes :
- Festival international de photo de nature et animalière de Montier-en-Der,
en 2002, 2004, 2008 et 2010.
- Festival Salamandre, à Morges en Suisse, en 2003 et 2010.
- Expositions au Pavillon des Cercles de l’Aire du Jura, en 2002, 2003, et 2008.
- Expositions au Centre d’Interprétation de la Rivière de Hotton, en Belgique,
en 2004 et 2009.
Bibliographie :
- Jura de Lumières, publié par Michel Loup en 1995, avec des textes de Pierre Gascar.
- Paysages – Massif du Jura, publié par Michel Loup en 2001, avec des textes de Bernard Cabiron.
- Jura sans frontières aux éditions Mondo en 2006.
- Passions du Jura aux Editions Stéphane Bachès en 2007.
- A fleur d’eau aux Editions Titom en 2010, textes de Aino Adriaens.

Site de Michel Loup : http://www.michelloup.com/