mardi 12 décembre 2017

mercredi 6 décembre 2017

Patrick Decoursier, et la magie des arbres


Patrick Decoursier revient à Saint-Jean-de-Losne une nouvelle fois mais présente un thème d'exposition différent et original.
Quasiment tous les clichés de ce photographe amateur, habitant la Moselle,  sont issus de rencontres en chemins lors de randonnées pédestres. Très peu d’affûts ; marcher en espérant la rencontre, la belle posture, la belle lumière, le tableau poétique…
Patrick Decoursier a plusieurs expositions à son actif : « Sa majesté le flamant rose de Camargue, Histoires d’œil, Arbor’et Sens, nature d’ailes » lors de différents festivals : Namur, Port Saint louis du Rhône, Seichamps, Conflans en Jarnisy, Saint-Jean-de-Losne, Bouvancourt….Lors du Salon 2018,

Patrick Decoursier exposera sur le thème « Arbor’et Sens ».
Quand on prend un bain de nature presque partout, il y a toujours une présence inévitable : l’arbre. La forêt est très présente, l’arbre indispensable dans quasiment tous les paysages. Si toute scène a un contexte, un décor, l’arbre se pose comme tel dans les contrées. Selon les moments et les saisons, les odeurs, les couleurs, les lumières, les bruits seront différents à sa proximité. Magique parfois, suggestif souvent, le photographe a souhaité essayer de le mettre en valeur en créant une ambiance arbres dans les tableaux, même si l’animal n’est jamais bien loin. Son exposition se compose de 14 tableaux 60 x 40 (Dibond alu) en couleurs ou noir et blanc, accompagnés de 14 petits textes poétiques relatant le ressenti lors de l’instant à partager.


Pour en savoir plus : https://tracesdepat.wordpress.com

samedi 2 décembre 2017

Laurent Echenoz, la passion pour le Macareux moine blanc, au Salon 2018

Laurent Echenoz est originaire d’un petit village du Doubs en Franche-Comté et la révélation artistique s’est imposée à lui au cours d’une mission loin de chez lui, à Saint-Pierre et Miquelon.Au croisement de deux mondes, de deux morceaux de vie, émerge la conscience d’une nature duale, tout à la fois abondante de magnificence et d’une vulnérabilité déroutante.
Laurent grandit au cœur d’une nature resplendissante qu’il découvre au cours de ses balades en forêt. Mais depuis toujours il bouillonne de cette envie d’évasion, d’espaces inconnus, d’horizons à perte de vue. Il concrétise ce rêve avec la carrière de marin. Il sillonne tous les océans et toutes les mers du globe, accoste sur tous les continents, franchit tous les caps et passe tous les cercles polaires.
Après plus de vingt ans de photographie amatrice, en 2013, Laurent rencontre l’extraordinaire Macareux moine pourtant frappé de lente extinction. Désormais, il le sent, il le sait, il sera « photographe de nature » pour nous apprendre à voir la richesse qui nous entoure, cette nature d’une sublime évidence mais ô combien fragile.

Les expositions photographiques constituent pour Laurent Echenoz des moments privilégiés, au cours desquels il aime cette rencontre avec l’autre.
Le thème proposé par Laurent Echenoz est l’histoire d’un coup de foudre, celui du photographe pour le Macareux moine blanc. Rencontré au détour d’une île à l’ouest du Pays de Galles, ayant fait siennes pour quelques semaines les pentes herbeuses de Saint-Pierre et Miquelon et l’ile de Skomer pour s’y reproduire, l’oiseau est un séducteur. Son comportement « romantique » envers ses prétendantes étonne par la ressemblance avec celui des humains. Il choisit sa compagne, déploie des trésors d’audace et d’ingéniosité pour la conquérir ? Et imperceptiblement tout d’abord, puis ostensiblement, envoûte le naturaliste venu pour tenter de capturer quelques expressions inédites de cet oiseau. Une autre relation s’ancre, inattendue, improbable, et pourtant bien réelle, entre le « petit frère de l’Arctique » et le baroudeur.